HEIRLOOM JEWELLERY TRANSFORMED #OLDTONEW (PART 1)

SarahEmeraldNecklace.jpg
SarahPearlNecklace.jpg

Sarah G. s’est présentée au studio/boutique Pilar Agueci avec deux bijoux d’héritage familial. Le premier était un collier en or avec des émeraudes et des rubans de diamants. Le second était un collier de perles classique. Les deux pièces était raffinées, mais ne convenaient pas au style de Sarah. Nous avons voulu en savoir plus sur les rêves que Sarah avait pour ses colliers alors nous lui avons posé quelques questions.

 

Pilar Agueci Blog: Quelle est l’histoire derrière les bijoux que vous avez apportés au studio?

Sarah G.: Le collier d’émeraudes appartenait à ma grand-mère maternelle. Dans les années 70, elle a choisi les émeraudes dans une mine au Brésil, les a rapportées en France et a dessiné le collier (sur lequel elles allaient être posées) avec son bijoutier. Quant au collier de perles, il a été donné à ma mère, par ma grand-mère, comme cadeau de mariage.
Les bijoux, de façon générale, ont toujours occupé une place importante pour les femmes de ma famille. Ma grand-mère avait plusieurs magnifiques bijoux précieux, mais elle avait aussi une collection impressionnante de bijoux de fantaisie. Ma mère, pour sa part, a collectionné des bijoux de tous les endroits où elle a voyagé et mon arrière grand-mère —qui offrait des “services non-officiels de planification familiale” aux femmes dans les années 20 et 30—  était souvent payée en bijoux.

 

PAB: Depuis combien de temps avez-vous ces colliers?

SG: Ma grand-mère est décédée en 2011, c’est donc à ce moment que j’ai hérité du collier d’émeraudes. Ma mère nous a quittés l’an passé, mais elle m’avait donné le collier de perles en cadeau lors de la naissance de ma première fille en 2012.

 

PAB: Quelles étaient vos attentes avant de vous lancer dans le processus de design avec Pilar?

SG: Puisque ma mère et a grand-mère sont décédées, je voulais des pièces que je pouvais porter au quotidien et qui allaient me permettre d’avoir quelque chose d’elles avec moi à chaque instant. Depuis des années, je me sentais malheureuse de ne pas porter ces colliers. Je les voyais dans mon tiroir à chaque jour, et c’était un tel gâchis.
J’aime les designs de Pilar et son esthétique. Elle atteint un l’équilibre délicat entre splendide et facile à porter. C’est exactement ce que recherchais. Elle a même été en mesure d’intégrer l’aspect amusant du « bijoux de fantaisie » que ma grand-mère adorait.

 

PAB: Aviez-vous des craintes?

SG: Je n’avais pas d’inquiétudes. J’ai bien pris en considérations les styles de ma grand-mère et de ma mère. J’aurais voulu qu’elles approuvent du design!

 

PAB: Qu’est-ce que l’avenir réserve à vos nouvelles pièces?

SG: J’ai très hâte de montrer ces bijoux à mes filles. Je regarde souvent des photos de ma grand-mère et de ma mère avec mes enfants et je leur parle d’elles. Ces pièces ouvriront la porte à ces échanges et à des conversations. Elles seront léguées à Loulou et Esmée. J’ai également conservé deux émeraudes pour faire, faire des bagues uniques à mes filles quand elles grandiront.

 



Apprenez-en plus sur la façon dont les bijoux de famille de Sarah ont été transformés en pièces personnalisées et faciles à porter dans la partie 2, le prochain billet à ce sujet.

 

Sarah G. came to Pilar Agueci’s studio/boutique with two family heirlooms. The first was a gold necklace with cool green emeralds and diamond bows. The second was a classic string of pearls. Both pieces were elegant, but they did not suit Sarah’s personal style. We wanted to know more about the dreams Sarah had for her necklaces, so we asked her a few questions.

 

Pilar Agueci Blog: What is the history of the jewellery you brought to the studio?
Sarah G.: The emerald necklace was my maternal grandmother’s. In the ‘70s, she handpicked the emeralds from a mine in Brazil, brought them back to France, and designed the necklace with her jeweller. The diamonds in the necklace were given to her by her mother. The pearl necklace was given to my mom by my grandmother as a wedding present.
Jewelry, in general, has always been important to the women of my family. My grandmother had quite a few beautiful pieces of precious jewels, but she also had an impressive collection of “bijoux fantaisies.” My mom collected jewels from all the places she travelled to, and my great grandmother—who provided “unofficial family planning services” to women in the ‘20s and ‘30s—was often paid in jewels.

 

PAB: How long have you had the necklaces?

SG: My grandmother passed away in 2011, which is when the emerald necklace made its way to me. My mom passed away last year but had already given me the pearl necklace as a gift when I had my first daughter in 2012.

 

PAB: What were your expectations going into the design process with Pilar?

SG: Because both my mom and grandmother passed away, I wanted pieces I could wear daily, and to have something of these women with me at all times. For years now, I’ve felt terrible for never wearing the necklaces. I saw them in my drawer everyday and it felt like such a waste.
I love Pilar’s designs and aesthetic. She strikes a fine balance between stunning and wearable. That’s exactly what I was looking for. She was also able to add that fun « bijoux fantaisies » touch that my grandmother loved.

 

PAB: Did you have any concerns?

SG: I had no concerns. I did take both my grandmother and my mother’s styles into consideration. I would want them to approve of the designs!

 

PAB: What does the future hold for you updated jewellery?

SG: I’m excited to show the new jewellery to my daughters. I often go through photos of mom and my grandmother and tell the girls about them. These pieces will be a gateway for these conversations. They will be passed down to Loulou and Esmée. I also kept two emeralds to make my daughters their own rings when they get old enough.

 



Find out how Sarah’s heirloom jewellery is transformed into wearable, personal pieces in our next blog post, part 2.

Pilar AgueciComment